Pau fait son cinéma - Par Françoise - Un article du Pau Mag'
umraniye escort
escort antalya
wild tornado bitcoin casino
https://sportsfl.com
beylikduzu escort sisli escort mecidiyekoy escort
gebze escort
ankara escort

Office de Tourisme
Pau Pyrénées

paumag’

Pau fait son cinéma

par Françoise

Silence... on tourne !

Pour ceux qui ont l’habitude de me lire, l’occasion était trop bonne d’aller faire un tour du côté des studios de cinéma... Action !

Des studios de cinéma à Pau ? Pas exactement...

Pourtant c’est en plein cœur du centre-ville que se déroule jusqu’au 15 avril le tournage du film « La Niaque » avec de jeunes acteurs et la formidable Yolande Moreau.

Je passe tous les jours rue Lamothe, sans imaginer que derrière la grande porte cochère au gris délavé du numéro 22, se cache un trésor et qui plus est, un décor de cinéma.

Je découvre niché dans un écrin de verdure l’ancien couvent construit à la fin du 19 éme siècle.
La magie opère. Je n’en reviens pas de découvrir un tel lieu qui a su séduire l’équipe de TS production ("Séraphine", "Quelques heures de printemps", "Incendies").

 
 
 

Le film se déroule dans un foyer de banlieue et un décor de cinéma a été recréé dans les murs de l’ancien couvent.

Une scène de décor

Sans oublier en coulisse, les détails pratiques pour l’organisation des équipes...

 
 
 

Nommé aux Césars en 2000 pour son film " 17 rue bleue ".

Chad Chenouga, acteur de cinéma, de théâtre, scénariste et réalisateur tourne actuellement à Pau depuis trois semaines son second long métrage « La Niaque ». 

Chad Chenouga, je le connaissais en tant qu’acteur dans le film « Le fils de l’épicier ». Je suis heureuse de faire sa connaissance.
Nommé au Césars en 2000 pour son film « 17 rue bleue », j’ai envie de lui poser maintes questions.

 
 

J’ai la chance d’être merveilleusement bien accueillie par l’équipe de production, les techniciens, Marco à la régie et de partager quelques bons moments autour du plateau et sur les bancs de la cantine en compagnie du réalisateur.

Je vous livre ici quelques extraits de notre rencontre...

FL : Chad Chenouga, c’est votre second long métrage en tant que réalisateur, comment se déroule le tournage ?

CC : Ca se déroule parfaitement pour l’instant. On entame une troisième semaine avec beaucoup de nuits. C’est un peu fatigant mais c’est super. Les ados pour la plupart c’est leur première fois. Yolande Moreau je ne la connaissais pas avant. Elle est très disponible, elle est super, elle est très simple.

FL : Vous avez écrit, mis en place et joué « la Niaque » au théâtre des Amandiers à Nanterre en 2010. Comment s’est fait le passage de l’écriture de la pièce à l’écriture du film.

CC : Je me disais qu’il y avait peut-être l’occasion de faire un film de cinéma car moi-même j’ai été placé en foyer.
De mon temps les foyers n’étaient pas mixtes et il y a plein de choses qui ont changé, donc il s’agissait, même si "La niaque" au théâtre était une fiction, de retravailler ça. Pour le coup Christine (Christine Paillard, coscénariste) a été fort utile.

CP : En fait ce qu’on a fait c’est que Chad a raconté son histoire. Ca date de quelques années et on voulait absolument faire un film qui se passe aujourd’hui. On a fait tout un travail d’investigation, on est allé dans les les foyers.
Chad a fait des ateliers d’improvisation, que je filmais et comme ça on a rencontré des adolescents de foyer et aussi tout le personnel autour.
On les a rencontré, on a parlé avec eux ce qui nous a permis d’être juste dans le propos, car Chad ça datait quand même un peu.
On est parti de la trame générale, on a changé quand même beaucoup de choses. Il y a eu plusieurs versions, plusieurs écritures et on a mis trois ans et demi.

FL :

Pourquoi avoir choisi Pau et plus précisément le couvent Lamothe comme décor ? Qu’est-ce qui vous a plu dans cet ancien couvent ?


CC : Au cinéma vous écrivez une histoire, après il faut trouver les décors qui correspondent aux images que vous avez dans la tête. Là en l’occurrence il y avait quelques petits aménagements à faire.
Le couvent offre énormément de possibilités : le mur, les chambres, les espaces, le réfectoire. Il y a eu un énorme travail de décoration. Il y avait des gravats. La mairie nous a vraiment aidé…
Je ne savais pas où j’allais tourner au départ. Il fallait que je me décide, car pour le rôle des gamins il fallait les faire travailler longtemps, au moins cinq mois. 
Le lieu correspond tout à fait à ce que j’imaginais. Il a fallu vraiment travailler ce lieu qui est censé être un foyer de l’aide sociale à l’enfance qui est un ancien couvent. Pour nous c’est très pratique parcequ'on y travaille comme s’il s’agissait d’un studio.

 
 

On est logé pas loin, c’est assez pratique et moi j’aime beaucoup Pau car c’est une ville assez tranquille contrairement à la ville de laquelle je viens, c’est-à-dire Paris. Ça nous permet d’être très concentrés et de pouvoir bien bosser.
On n’a pas le temps d’avoir des échanges avec les locaux sinon avec les jeunes figurants locaux, quelques techniciens et puis de temps en temps quand on va au resto, au Berry ou ailleurs.

FL : Avec la fin du tournage à Pau, le film est dans la boîte ou vous avez encore des scènes de tournage à Paris ?

CC : Le film se tourne en 36 jours. On en a fait 24 à Pau soit les deux tiers. Le tournage se termine le 5 mai à Paris, mais le plus long c’est la post production.

FL : Quand est prévue la sortie du film ?

CC : C’est prévu pour 2017.

FL : Merci Chab Chenouga de nous avoir accordé un peu de votre temps.


Je suis bel et bien tombée sous le charme de l'enchanteresse Fée du cinéma !

Je suis bel et bien tombée sous le charme de l’enchanteresse Fée cinéma. 

Je me met donc à espérer que ce tournage pourrait être l’un des premiers d’une longue série à venir...
Pau deviendrait une ville qui fait son cinéma et une terre d’accueil des tournages.

Nous avons déjà le décor : transformé en studio, le couvent pourrait recevoir les productions d’ici et d’ailleurs.
Accueillir des tournages sur notre territoire est un véritable enjeu, quand on sait que nombre de touristes citent le cinéma pour expliquer leur choix de destination.

Le ciné-tourisme est un concept qui associe le cinéma au tourisme. Il est un excellent vecteur d’image, de notoriété et de retombées pour le territoire, en participant activement au développement économique local.

Je suis persuadée que le ciné-tourisme demande qu’on si intéresse, je dirais même qu’on s’y passionne et j’espère que beaucoup d’autres tournages auront lieu à Pau.

J’attends avec impatience la présentation, en avant-première du film « La Niaque » à Pau, prévue en 2017… au cinéma le Mélies.


 
 

Merci encore à

Chad Chenouga

et à toute son équipe.




Copyright photos :

©Marco Cabat

©Françoise Lamarque


Françoise – Passionnée par l’artistique, voyageuse, voire baroudeuse, grande amoureuse de la nature et des grands espaces,
mais aussi citadine et aimant les endroits underground. J’aime être dépaysée, surprise à tout moment car j’ai besoin d’un peu d’ici,
avec une bonne dose d’ailleurs pour bien vivre ma ville…

Contacter l'auteur


Vous avez aimé cet article ?

Alors vous aimerez certainement...