Le CRD... plus d'une corde à sa harpe ! - Un article du Pau Mag' par Eddy

Office de Tourisme
Pau Pyrénées

paumag’

Le CRD... Plus d'une corde à sa harpe !

par Eddy

Comme beaucoup, vous connaissez à coup sûr la rue des Réparatrices et à l’angle, son emblématique chapelle du même nom.

Si vous poussez un peu plus loin, une étrange structure bien plus moderne vient se fondre dans une parfaite harmonie aux anciens bâtiments 19ème, comme si ce mariage architectural coulait de source.

Voici le Conservatoire à Rayonnement Départemental, le « CRD » pour les habitués.

Ici, on enseigne évidemment la musique, mais pas seulement… le théâtre et la danse y ont eux aussi toute leur place.

Coup de chance ce matin là, la grille du jardin était ouverte !

Je savais que l'ancien Couvent des Réparatrices abritait à l’arrière un cloître et son jardin, mais je n’y étais jamais entré.

Coup de chance ce matin-là, la grille du jardin était ouverte !

Passé le portail, je m’engage dans l’allée qui contourne un bloc elliptique et débouche sur l’arrière du Conservatoire.

 
 

L’ancien couvent de pierre grise et blanche et son jardin rectangulaire apparaissent et offrent une vision insoupçonnée de la rue.

Je me promène sous la coursive et m’imagine cette époque, durant laquelle ce lieu propice à la méditation devait baigner dans un silence des plus profond.

 
 
 
 

Soudain, une douce musique me sort de cette parenthèse et me rappelle que depuis, l’endroit est destiné à une mission éducative et artistique.

Au-dessus de moi, la musique qui s’échappe d’une salle de classe du troisième étage est douce et délicate. Je reconnais immédiatement l’instrument à l’œuvre, c’est une harpe !

Personnellement, je ne suis pas du tout musicien, mais j’ai toujours été fasciné par cet énorme instrument bien énigmatique, venu d’un lointain passé.

L’originalité de la situation et la curiosité me poussent à franchir la porte des lieux.

Le hall d'accueil du Conservatoire

A l’accueil, on m’indique qu’effectivement des cours de harpe sont dispensés au conservatoire, et qu’aujourd’hui c’est Sophie, professeur de son état, qui officie.

L’idée me vient alors de tenter de la rencontrer pour lui proposer de nous parler de son métier…

Visiblement la chance me sourit car le cours est terminé; je vais pouvoir rencontrer immédiatement notre harpiste.

... l'étincelle que je perçois dans ses yeux en dit déjà
beaucoup sur la passion qui l'anime.

Je me présente à Sophie et lui parle de mon projet.

Bien que surprise, elle reçoit cette idée avec un large sourire et l’étincelle que je perçois dans ses yeux en dit déjà beaucoup sur la passion qui l’anime. Rendez-vous est pris pour le jeudi suivant.


Le "jour J" est arrivé, me voici revenu au CRD *...

Sophie m’accueille avec une grande gentillesse et m’emmène dans sa salle de cours. 
Elle me parle tout d’abord de son activité en tant que professeur et de son « public », qu’elle initie aux joies du « pinçage de cordes » depuis plus de 25 ans, après avoir enseigné au Conservatoire de Toulouse au début de sa carrière. 


Les murs de la salle de classe témoignent des grandes heures de son parcours d’artiste, mais également des marques d’affection de ses plus jeunes élèves.

 
 
 

Nous passons à la présentation de l’instrument en lui-même et me voilà embarqué dans un voyage historique et musical autour de la harpe.

Devant moi, un ensemble bien singulier de housses rouges et pourpres, protégeant les précieux objets.

Des housses de protection telles des moufles

Une fois découverts, les instruments exposés à la lumière scintillent et révèlent toute leur finesse et leur complexité.

Sophie m’en explique les origines et les différentes variantes.

Très vite, je comprends que ces ingénieux bijoux sont très variés, tant dans leur forme que dans leur évolution.

 
 

Notre professeur m’explique l’extrême complexité et fragilité des mécanismes et de leurs réglages, permettant d’obtenir une parfaite tension des cordes, pour enfin produire ce son cristallin et limpide, si caractéristique.

 
 

... à cet instant, l’artiste et l’instrument ne font plus qu’un.

Je ne résiste pas plus longtemps et demande à notre professeur de joindre la parole aux actes, en me faisant une démonstration de son savoir-faire.

Sophie se saisit de la harpe à bras le corps et à cet instant, l’artiste et l’instrument ne font plus qu’un.

Je suis impressionné par la technicité de l’opération, alors qu’un son d’une grande délicatesse envahit à présent la pièce.


Il est grand temps maintenant de laisser la parole à Sophie...

 

Sophie, pouvez-vous nous parler de la Harpe et de son histoire ?

Et maintenant, nous vous écoutons...



Je termine ma singulière interview en me disant que nous sommes très chanceux à Pau d’avoir ce type d’établissement, et surtout que nous avons vraiment de la chance d’avoir chez nous tant de talents, pourtant bien souvent méconnus.

Merci à Sophie et au CRD* pour ce beau voyage.




*CRD = Conservatoire à Rayonnement Départemental



Conservatoire à Rayonnement Départemental




EN SAVOIR PLUS SUR LE SITE DE L'AGGLOMERATION PAU PYRENEES

Rue des Réparatrices
64000 Pau

 05 59 98 40 47

crd@agglo-pau.fr



Eddy - Bien dans ma ville face aux Pyrénées, je vais vous faire partager mes coups de cœur et autres pépites locales...

Contacter l'auteur


Vous avez aimé cet article ?

Alors vous aimerez certainement...